L'HISTOIRE DU BLÉ DE L'ESPÉRANCE

LA TRADITION

Il est une tradition en Provence : le 4 décembre, jour de la Sainte Barbe de semer quelques grains de blé dans une coupelle sur un lit de coton humidifié.

Soigneusement irrigués, les grains vont germer au fil des jours, pour former le soir de Noël, l’ornement floral de la Crèche ou de la table, autour de laquelle sont réunis familles et amis, lors du Grand Souper de la Nativité.

Réminiscence des moissons, cette légende héritée de la Rome et la Grèce antiques, s’est peu à peu installée pour embellir nos décors de fête avec cet adage :

 

« Blé Bien Germé, Prospérité Toute l’Année ».

blé.jpg
 
Image de Syh

POURQUOI LE 4 DÉCEMBRE ?

La tradition que nous venons d’évoquer tient au fait que la célébration de la fête de la Nativité a toujours revêtu un certain apparat.

Décorer la maison dans les temps anciens, présentait une certaine difficulté : les cultures en serres chauffées n’existant pas comme de nos jours.

La Fée Electricité, munie de sa baguette magique, n’avait pas encore fait son apparition et les éléments d’ornement étaient rares.

Le houx apportant une dominante rouge, pour obtenir du vert en abondance, on a fait germer du blé.

Pour avoir les tiges à bonne hauteur, le soir de la Veillée, il fallait un délai de vingt jours d’où, le choix du 4 décembre, jour où est honorée Sainte Barbara, plus communément connue sous le nom de Sainte Barbe.

16 AOUT 1988

Un commercial des Grands Moulins Storione Edmond Maurin, son chef d’entreprise Alain Storione, ainsi qu’un boulanger René Tribolo se proposent d’accoler une image caritative à une pratique séculaire solidement ancrée en Provence « Les semailles de la Sainte Barbe ». 

Maguy Roubaud, journaliste de grand talent, unanimement appréciée accepte avec enthousiasme d’apporter son précieux concours, entrainant le soutien logistique de FR3 et l’engagement sans réserve, du directeur de la station Guy Laurent Chémine. 

Spécialiste des émissions médicales, elle choisit comme point de chute de l’opération le service d’hématologie pédiatrique de l’hôpital d’enfants du C.H.U de la TIMONE dirigé par le professeur Henry Périmond. 

L’objectif fixé par Maguy Roubaud était de 200.000 frs (30.490€). Il fut non seulement atteint mais littéralement pulvérisé, la collecte s’élevant à 450.000 frs (68.602€)

Le 20 décembre, le Professeur Professeur Périmond, entouré de ses jeunes patients, recevait un chèque de 400.000 frs (60.980€), le service pédiatrique d’hématologie de l’hôpital Cimiez à Nice était récipiendaire du solde soit 50.000 frs (7.620€). 

dossier_de_presse _complet modifie 24-09-21 copie.jpg